2 Dans Blog/ Yoga & thérapie

J’ai testé: le jeûne intermittent

Longtemps utilisé à des fins thérapeutiques, le jeûne a été mis de côté avec l’essor de la médecine moderne. Jeûner consiste à priver son corps de nourriture pendant un temps plus ou moins long, pour diverses raisons et de différentes manières. Jeûne thérapeutique, détox, jeûne religieux… aujourd’hui le jeûne revient sur le devant de la scène. J’ai moi même voulu tenter l’expérience et après m’être renseignée, je me suis lancée dans le jeûne intermittent pendant un mois. Raisons, méthode, résultats, impressions, je vous explique tout dans cet article.

Le jeûne c’est quoi?

Depuis la nuit des temps, l’Homme est habituer à jeûner, par obligation (manque de nourriture), pour accompagner le traitement de certaines maladies ou pour des raisons religieuses. Aujourd’hui, les jeunes et détox de toute sortes sont très à la mode pour diverses raisons. Il existe de nombreuses méthodes de jeûne, plus ou moins strictes. Certaines tolèrent l’ingestion de liquides, d’autres se limitent à l’eau, d’autres encore suggèrent le retrait de tout liquide. Les périodes de jeûne sont très variables en fonction de la méthode choisie.

Pour un jeûne strict (cure), il faut au moins trois jours pour que le corps rentre en détoxification – éliminant toutes les toxines du corps. La période de jeûne recommandé est donc de minimum 5 jours mais peut s’étendre beaucoup plus. Bien sûr ce type de jeûne strict (et long) est accompagné d’une réduction progressive de l’alimentation avant de commencer et d’une reprise tout aussi contrôlée. Et il est conseillé de se faire accompagner pendant ce genre de cure.

Le jeûne intermittent

Je me suis quant à moi penchée vers un autre type de jeûne, le jeûne intermittent, séquentiel ou fasting, beaucoup moins contraignant et donc plus facile à mettre en place. En mangeant trois repas par jour, le corps est sans arrêt sollicité. L’estomac, le foie et les intestins ne sont jamais au repos. Le jeûne intermittent aide le foie à mieux réaliser son travail de détoxification. C’est ce principe de base qui m’a tout de suite parlée.

Le jeûne intermittent consiste à alterner des périodes de prise alimentaires avec des périodes de jeûnes (en continuant à boire) de manière régulière. Il existe là aussi différentes méthodes.

Principe du jeûne intermittent

Nous jeûnons naturellement 6 à 10h toutes les nuits. Un jeûne plus long peut se pratiquer de différentes manières : manger 25% en moins (sur le plan calorique) un jour sur deux, sauter un repas tous les jours (i.e manger pendant 8h puis ensuite jeûner tous les jours pendant 16h),  jeûner 24 h au moins une fois par semaine (de 14h à 14h ou de 19h à 19h le lendemain), ou encore manger 5 jours à sa faim puis pendant deux jours ne manger que 25% des calories habituelles.

J’ai personnellement choisi la méthode 16-8 en commençant ma journée avec le déjeuner de midi et en l’arrêtant avec le dîner (avant 20h) – ce qui a permis à mon corps d’être au repos tous les jours de 20h à 12h le lendemain. Dans ce laps de temps, il est recommandé de beaucoup boire (de l’eau, des tisanes ou boissons sans sucre). Ces horaires étaient les plus appropriés à l’approche de l’été et des nombreuses invitations à dîners / soirées prévues. Mais j’aurais tout aussi bien pu choisir de ne pas dîner et de faire un jeûne de 16h à 8h le matin par exemple. Chacun est libre d’adapter ce jeûne à son quotidien, à ce qui correspond le mieux à son corps, à son planning et à ses besoins.

Les bienfaits pour le corps

De nombreuses études scientifiques ont prouvé les bienfaits du jeûne sur la santé. Ce type de régime alimentaire est utilisé en prévention et non pour soigner des pathologies existantes.

  • diminution de la fatigue
  • baisse de la production d’insuline
  • moins de stockage des graisses et du sucre dans l’organisme. Attention cependant, rien n’indique qu’une telle alimentation fasse maigrir.
  • baisse de la fréquence des allergies, de l’asthme, des rhumatismes
  • renforcement des défenses immunitaires
  • amélioration des performances physiques et intellectuelles
  • meilleur teint
  • baisse de la pression artérielle
  • baisse du risque de cancer
  • ré apprentissage des notions de faim et de satiété
  • prévention des risques cardiovasculaires, du diabète…

Mon expérience

Je me suis lancée dans cette expérience par curiosité. Après une année extrêmement fatigante et ayant toujours du mal à retrouver mon corps pré grossesse, j’ai eu envi de tenter cette expérience. Les 3 premiers jours ont été extrêmement difficiles. Maux de tête, sensation de faim très forte, ventre noué, tête qui tourne… mon corps a clairement détoxifié. Mais dès le quatrième jour, tout est rentré dans l’ordre. Plus de sensation de faim (ou très peu – souvent au réveil et aux alentours de 11h). Je me suis aussi davantage hydratée car clairement mon corps avait besoin de plus d’eau qu’en temps normal.

Après une semaine, c’était comme si le petit déjeuner n’avait jamais existé dans ma routine.

Ce repas est toutefois un moment que j’adore! Un temps que j’aime beaucoup partager en famille le week end. C’est le seul point qui me contrarie parfois.

J’ai également testé le sport à jeûn et tout s’est très bien passé même si j’ai moins poussé que d’habitude par prudence.

Le plus gros « danger » pour moi aura été la tentation de compenser sur les autres repas. De s’autoriser des écarts, ou des repas beaucoup plus conséquents pour « rattraper » la période de temps où je n’avais pas mangé. C’est personnel mais clairement ce type d’alimentation est à déconseiller à toute personne ayant des troubles alimentaires.

Résultats au bout d’un mois

Même si mon objectif n’a jamais été la perte de poids, grâce au déficit calorique impliqué par cette alimentation, cette période de jeûne intermittent m’a permis de perdre le poids restant de ma grossesse (même s’il ne me restait qu’1,5 kg à perdre, sur 18 pris – au bout d’un an). Je me suis rapidement sentie plus légère (le ventre moins gonflé) et moins fatiguée. Mieux dans ma peau, plus rayonnante. Et clairement, cela s’est vu de l’extérieur.

A vrai dire, cette expérience m’a tellement convaincue que je n’ai jamais arrêté l’expérience, m’autorisant par contre un peu plus de flexibilité à présent. Certains matins, l’envie de manger est présente alors je n’hésite pas mais je m’écoute. Pareil quand je souhaite aller faire du sport. J’adore pratiquer à jeûn mais parfois les efforts vont être très intenses et je préfère avoir un peu de sucre dans le sang.

J’ai aussi constaté que je fais plus attention à mon alimentation. Me sentant mieux, j’ai envie de manger plus sainement, de choisir avec encore plus d’attentions mes produits. Et j’adore encore plus passer du temps à me cuisiner des bons plats.

Encore une fois et comme dans tout, il faut savoir écouter ses sensations et se faire confiance. Et dans le moindre doute, se faire encadrer par un professionnel de santé!

Vous pourriez aussi aimer

2 Commentaires

  • Répondre
    Christine
    15 septembre 2019 à 18 h 55 min

    Super article sur le jeûne 👍🏼
    J’ai commencé le yoga il y a un an. Ce fut une révélation !!! J’ai pris conscience de l’espace que j’occupais et pris conscience de mon alimentation. Assez naturellement j’ai consommé autrement et j’ai perdu qqs kilos sans efforts. Puis comme toi j’ai essayé le jeûne intermittent. Avec plus ou moins de mal au début et depuis c’est devenue naturelle. Je me permets aussi un petit déjeuner le dimanche avec ma famille. Je pratique le yoga tous les jours ça me fait toujours autant de bien et ça me muscle avec douceur 😊

    • Répondre
      Delphine
      16 septembre 2019 à 15 h 57 min

      Merci pour ton partage Christine! Le yoga a ce don de nous reconnecter tout en douceur à notre corps, à nos besoins et à notre intuition!
      Et super suggestion pour le petit déjeuner le dimanche en famille car c’est vrai que ce moment en famille m’a manquée pendant ces derniers mois. Je crois que je vais te suivre et ce sera le petit déjeuner du samedi en famille 🙂
      Bien à toi! Delphine

    Répondre