2 Dans Blog/ Confessions/ Yoga 101

Ma formation de professeur de Yoga 

En 2016, j’ai décidé de suivre une formation de 200 heures de Yoga. Je ne le savais pas encore mais cette décision allait changer ma vie. Retour sur cette expérience, ce qui m’a poussée à l’entreprendre et ce que j’y ai appris. 

Pourquoi j’ai décidé de faire une formation? 

C’est la première question que l’on m’a posée le premier jour de la formation et j’ai répondu très sincèrement « afin d’approfondir ma pratique du Yoga ». J’ai eu la chance d’être initiée petite au Yoga par ma grand mère qui le pratiquait mais ce n’est qu’au début de ma vingtaine que j’ai poussé la porte d’un studio de Yoga et commencé ma pratique. Tout de suite quelque chose m’a parlée, même si les premiers cours m’ont parue un peu déconnectés de la réalité. Puis un jour, j’ai poussé la porte d’un studio aux Etats-Unis et j’ai eu la révélation. 

Je me rappelle encore précisément de ce cours, du professeur, de l’atmosphère de la salle. C’était un cours de Jivamukti, un style de vinyasa intense et spirituel. J’en suis ressortie transformée et à partir de cet instant je me suis jetée corps et âme dans la pratique. Je pratiquais entre 2 et 6 heures par jour. Tous les styles de Yoga. A toutes les heures. Avec des professeurs tous différents. Et peu importe le style, l’heure, la personne, tous me procuraient un bien fou. Un apaisement que je n’avais jamais ressenti auparavant. Cette petite voix dans ma tête se taisait enfin. Je me sentais enfin bien, dans ma tête et dans mon corps. Fière aussi de ce que je faisais.  Après quelques mois, j’ai rapidement eu envie de comprendre pourquoi, d’apprendre d’où cette sensation incroyable provenait. Je me suis renseignée sur les formations dans la ville où j’habitais, Washington DC et je me suis lancée. J’avais envie d’une expérience immersive et très intense. Pour voir les effets qu’une pratique intense et continue auraient sur mon esprit et mon corps. Je savais que j’y trouverai des réponses, que j’y avancerai sur mon chemin.

J’y suis allée à l’instinct, sans trop réfléchir. 

 

Est-ce que j’avais le niveau? Au bout de combien de temps de pratique ai-je entrepris cette formation?

C’est souvent une question qui m’est posée. Est-ce que ma pratique est assez avancée pour entreprendre une formation? Je ne suis pas capable de faire telle ou telle pose, est-ce justifié de faire une formation?

Mais le Yoga est tellement plus que des postures. C’est un art de vivre. C’est une pratique qui s’immisce dans tous les aspects de votre vie et vient vous changer à jamais. 

Quand j’ai entrepris ma formation, je n’étais pas vraiment en forme et je traversais une période psychologiquement très difficile. L’une des plus compliquées de ma vie à vrai dire. J’étais incapable de faire un chatturanga sans poser les genoux au sol. La posture sur la tête était un doux rêve, comme bien d’autres poses. Cerise sur le gâteau, je souffrais d’une tendinite à l’épaule qui m’empêchait d’accéder à de nombreuses poses.

Mais j’ai senti au fond de moi que c’était le moment. Et pas à un seul moment je me suis sentie « inférieure » ou « pas à ma place » dans mon groupe de formation.  Je suis aussi convaincue qu’il faut tout type de professeur et qu’un bon professeur ne se démarque pas par les poses qu’il arrive à faire mais plutôt par la manière dont il arrive à accompagner ses élèves, mais ça c’est un autre chapitre. 

 

Comment ai je choisi ma formation? 

Je souhaitais une expérience immersive, sur un temps restreint, dans la ville où j’habitais alors. Cela a grandement réduit mes choix. Puis j’ai regardé les programmes.

J’ai choisi une formation très généraliste car je ne souhaitais pas m’enfermer dans un type de Yoga en particulier. Un grand nombre d’intervenants était également annoncé dans ma formation, ce qui me plaisait énormément pour apprendre de différentes énergies et divers parcours.

J’ai donc choisi une formation de 200 heures au sein du studio Yoga District à Washington DC. La formation s’est déroulée sur deux semaines tous les jours de 6h à 20h ou 21h.

Autant dire qu’à part cela, je n’ai rien fait d’autre et c’est ce que j’ai adoré. J’ai vécu Yoga, parlé Yoga, pratiqué Yoga pendant 15 jours. C’était épuisant, autant physiquement que psychologiquement mais cette expérience m’a permis d’aller puiser au plus profond de moi et de me révéler. 

Je crois que le plus important est de s’adapter à ses envies et ses besoins. Certaines personnes préfèreront une formation sur le long terme, d’autres quelque chose de cours. Certains auront envie de faire cela à l’étranger, d’autres dans leur pays d’origine. Et à partir de là le choix se précise. Et puis il y a bien sûr le budget qui rentre en jeu. C’est en partie pour cela que j’ai décidé de réaliser ma formation là où je résidais.

Qu’ai je appris? 

Je voulais comprendre d’où venait cette pratique et j’ai été servie. Nous avons décortiqué les Yogas Sutras (la bible du Yoga) de Patanjali, étudié les enseignements du bhagavad gita, discuté des concepts, des préceptes et de leur mise en application dans la société actuelle. Nous avons beaucoup débattu et recherché comment ces principes millénaires s’adaptent à la société occidentale d’aujourd’hui. 

Bien sûr, nous avons étudié l’anatomie, détaillés chacune des poses de la pratique physique du Yoga, au niveau anatomique et énergétique. Nous avons aussi abordé l’Ayurvéda, les différents styles de Yoga et enfin comment enseigner. Comment apprendre, comment créer une séquence qui a du sens pour le corps et l’esprit, quels mots employer, comment adapter la pratique à tous les types de personnes que l’on peut rencontrer (enfants, personnes plus âgées, élèves blessés ou ayant subi un choc traumatique, femmes enceintes…), comment ajuster les élèves, leur apprendre à aller plus loin tout en respectant leur zone de confort, comment partager ce qui nous traverse. 

Il est difficile de tout restituer tellement cet apprentissage a été riche et dense.  Ce que j’ai particulièrement aimé c’est que nous n’avons pas seulement reçu un enseignement, nous l’avons expérimenté. Nous nous sommes ajustés les uns les autres, avons appris l’anatomie avec un ancien infirmier, testé plusieurs styles de Yoga, vécu l’expérience à 100%. 

Comme je l’ai déjà dit, je n’ai pas fait cette formation pour enseigner mais dès le deuxième ou troisième jour, nous avons appris comment guider les autres élèves dans leur pratique et je me suis prêtée au jeu. Pour obtenir le diplôme, nous devions chacun créer une séquence autour d’un thème choisi, d’une durée de 60 minutes exactement et l’enseigner à nos autres camarades sous la surveillance de plusieurs professeurs certifiés. Les premières minutes de ma séance, j’avais la boule au ventre. Je m’étais entraînée plusieurs fois sur mon chéri, pour être sûre de ma séquence et du temps que j’y mettrais aussi. Plus les minutes passaient, et plus je me sentais à l’aise, malgré parfois les difficultés à enseigner dans une langue qui n’était pas la mienne. A la fin du cours, une ancienne professeur est venue me voir, m’a prise en aparté et m’a dit « please never stop teaching. I have seen many teachers through the years and you have that something in your voice. You could tell someone with no flexibility to put his foot behind his head. He would do it, laugh about it and succeed ». Je n’étais pas très sure de ce qu’elle voulait dire par là, puis le studio m’a immédiatement offert un spot en tant que professeur et je crois qu’elle avait raison… je n’ai jamais arrêté à partir de ce moment là. 

 

Du travail personnel

Se former c’est s’engager sur la voix du yoga un peu plus profondément. Ce n’est pas simplement prendre 15 jours de vacances. Avant la formation, nous avions de nombreuses lectures à faire et des résumés ou analyses à en produire. A la fin de la formation, il nous restait encore de nombreux « devoirs » a produire. 

Un mémoire d’abord, puis un examen à passer de 2h avec des questions sur la culture du yoga, la philosophie, l’anatomie… et tous les sujets que nous avions évoqués pendant la formation. 

Puis nous devions organiser un évènement communautaire sur 5 semaines avec minimum 6 participants. Ce cours de Yoga devait être créé de toute pièce: de l’idée au lieu en passant par le marketing, la création des séquences et l’analyse ensuite du résultat. J’ai eu la chance de pouvoir réaliser mon évènement à l’Ambassade de France. Pendant 5 semaines, j’ai offert un cours de Yoga aux employés. Au début, il n’y avait que très peu de participants puis le groupe s’est doucement élargi. J’ai adoré enseigner ainsi. J’avais peur mais j’adorais ces moments. Je me suis laissée prendre au jeu et j’ai vu ce que j’avais à offrir et aussi ce que cela m’apportait en retour.

Ce partage est extraordinaire. La vie a fait que j’ai eu la chance de ne jamais arrêter d’enseigner ensuite même si je n’étais tellement pas partie pour. Mon chemin était tracé et je crois que tout s’est simplement aligné pour rendre cette expérience possible. Et si aujourd’hui tout parait si simple, quand je l’ai vécu cette période de transition a été un grand bouleversement dans ma vie, plein de doutes, d’angoisses, de peur. Mais je crois que c’est dans ces moments difficiles que ressortent de grandes choses. 

 

Est-ce que cela suffit pour enseigner? 

Oui et non. Clairement, le diplôme en poche, n’importe qui peut enseigner. Mais chaque professeur de Yoga se doit, à mes yeux, de toujours rester un élève avant tout. De toujours continuer à apprendre, à se remettre en question, à progresser sur le chemin du Yoga. D’ailleurs, mon enseignement change sans cesse avec mon parcours et les obstacles que la vie met sur mon chemin. 

200 heures ce n’est pas beaucoup pour accompagner des élèves. Que ce physiquement: pour moi, cela ne suffit pas pour pouvoir s’adapter aux différentes pathologies et expériences de chacun. Je travaille sans cesse pour en apprendre davantage sur le corps humain, je recherche tout et je me forme toute seule pour aller plus loin. Et émotionnellement: c’est là que la pratique personnelle rentre en jeu.

Il faut savoir aussi laisser le temps au temps, laisser les choses se faire à leur rythme et ne pas les forcer. Il faut se sentir prêt pour cette incroyable aventure et cette charge émotionnelle intense qu’est l’enseignement du Yoga. 

Namasté

 

Vous pourriez aussi aimer

2 Commentaires

  • Répondre
    DD08
    31 août 2019 à 16 h 17 min

    BJR Tous simplement beau de sincérité de vérité dans ce témoignage.
    je vais entreprendre une formation d’élève enseignent au mois de septembre pour cinq ans.
    j’ai eu des passage de doutes quand a savoir si j’étais fait pour enseigner , 3 ans de formation en Hatha yoga je me disais après réflexion que c’était peu mais en vous lisant je m’aperçois du contraire.merci pour cette bouffée d’oxygène .Merci

    • Répondre
      Delphine
      31 août 2019 à 23 h 30 min

      Avec grand plaisir! C’est difficile d’avoir confiance et on se remet toujours en question, moi la première! Mais je crois que cette voie nous appelle et il faut persévérer dans son chemin! A bientôt!

    Répondre